Nos articles

10 leçons à retenir de la levée de fonds de OuiCarry au Sénégal

OuiCarry est une entreprise sénégalaise qui met à profit la technologie dans le but de proposer des services de logistiques performants et low-cost sur le continent africain. Nous avons eu le plaisir de recevoir les co-fondateurs de OuiCarry à la première édition de notre masterclass sur la levée de fonds en Afrique. Cette start-up a naturellement attiré notre attention car étant la première entreprise sénégalaise à avoir réussi à lever 200 millions de FCFA auprès du fonds d’investissement à impact Teranga Capital. Comment a-t-elle pu réaliser un tel exploit à l’époque où les levées de fonds pour les startups n'étaient pas si courantes en Afrique francophone. Dans cet article, nous tenterons de répondre à cette question en vous livrant 10 leçons à retenir de la levée de fonds de OuiCarry.

Oumar Yam, co-fondateur de Ouicarry aux côtés de Sarah Agbantou, fondatrice de 54 Sud

Leçon n°1 : N’attendez pas d’avoir besoin de financements avant de nouer des relations avec des investisseurs

En tant que startup africaine en 2021, vous avez la chance d’évoluer dans un écosystème assez développé. Le monde de la levée de fonds en Afrique francophone n’est plus ce qu’il était il y a quelques années lorsque OuiCarry procédait à sa demande de financement. Désormais, vous pouvez plus facilement avoir accès aux coordonnées des investisseurs (sur leur site internet ou sur LinkedIn), chose plutôt difficile il y a 4 ou 5 ans.


"Soyez « amis » avec les investisseurs avant même d’avoir besoin du financement."


Cultivez donc votre réseau. N’ayez pas peur de contacter directement des investisseurs sur LinkedIn. Aussi souvent que vous pouvez, rendez-vous à des séminaires, des conférences ou participez à des sessions de formation sur la levée de fonds pour rencontrer des investisseurs et vous présenter à eux. Les participants à notre masterclass du 19 décembre 2020 à Impact Hub Dakar par exemple ont pu rencontrer des investisseurs potentiels comme Teranga Capital, pitcher devant eux et avoir des retours personnalisés sur leurs chiffres. Avoir une relation saine, très tôt avec des business Angels ou chargés d’investissement, vous permettra de faire croître votre startup plus rapidement.

Soyez « amis » avec les investisseurs avant même d’avoir besoin du financement. Apprenez auprès d’eux, cherchez à comprendre quels sont les éléments requis pour une levée de fonds afin de les préparer en amont. Mieux, soyez régulièrement en contact avec des investisseurs potentiels afin de leur montrer comment votre startup progresse. N’attendez pas d’avoir besoin de fonds pour partir à la découverte du monde de la levée de fonds, ou pour prendre contact avec des investisseurs. En tant que startup, vous savez qu’un jour ou l’autre, vous aurez besoin de fonds supplémentaires. Pensez donc à vous y prendre tôt car le processus de financement est plutôt long.





Leçon n°2 : Il ne faut pas être réticent à ouvrir son capital aux investisseurs au bon moment

Pour beaucoup de porteurs de projets en Afrique, faire une levée de fonds, c’est diluer son capital et donc être obligé de rendre compte à des investisseurs ou même leur laisser les rênes de son entreprise.


"Je préfère avoir 1% des parts dans une entreprise qui fait 1 milliard de FCFA de chiffre d’affaires par an que d’avoir 100% des parts dans une entreprise qui ne génère que 100,000 CFA de CA par an”.


Là-dessus, Oumar Yam, cofondateur de OuiCarry invite les jeunes entrepreneurs à procéder à un changement de mentalité. « On a beaucoup plus peur d’ouvrir le capital au bon moment pour croître. Comme je dis toujours, je préfère avoir 1% des parts dans une entreprise qui fait 1 milliard de F CFA de chiffre d’affaires par an que d’avoir 100% des parts dans une entreprise qui ne génère que 100,000 CFA de CA par an”, précise-t-il. Pour vaincre cette peur, OuiCarry s’est intéressé à ce monde. “Nous avons noué des liens avec les acteurs dans ce milieu y compris des investisseurs, des accélérateurs et des structures d’accompagnement locales comme le CTIC, Impact Hub Dakar. Aujourd’hui les entrepreneurs ont la chance de pouvoir assister à des formations dédiées à ce thème comme celles de 54Sud avant de démarrer le processus avec les investisseurs. Profitez-en», termine-t-il.



Leçon n°3 : Recherchez les types de financement et fonds d’investissement qui conviennent à votre startup

Le choix d’un investisseur ou d’une solution de financement doit être fait en tenant compte du stade d’évolution de votre entreprise, de ses objectifs ou même de votre business model. Certains fonds d’investissement se focalisent essentiellement sur la croissance de l’entreprise en termes de chiffres d’affaires, de ventes, ou encore d’acquisition de clients. D’autres se focalisent sur les aspects de croissance mais aussi sur l’impact, d’autres sur le genre (exemple des fonds d’investissement dédiés aux femmes comme le WIC Capital, …). Vous pouvez télécharger ici notre guide pour financer votre entreprise en Afrique francophone.


"Gardez à l’esprit que toutes les sources de financement ne peuvent pas être compatibles avec votre projet".


Teranga Capital qui a injecté 200 millions de FCFA dans OuiCarry est un fonds à impact. Comme l’indique son nom, il se focalise sur les startups qui, de par leurs activités, créent un impact social ou économique tel que la création d’emplois, l’amélioration des conditions de vie des bénéficiaires du projet, etc.

Gardez à l’esprit que toutes les sources de financement ne peuvent pas être compatibles avec votre projet. Vous devrez donc faire un travail de recherche pour trouver les critères des investisseurs auxquels votre startup répond. C’est à ceux-ci qu’il faudra donc vous adresser afin de gagner du temps lorsque vous vous lancerez dans une procédure aussi chronophage que celle de la levée de fonds.



Leçon n°4 : Commencez à apprendre tôt le jargon autour de la levée de fonds

Si vous êtes conscient du fait que votre startup aura besoin de financement de la part d’un fonds de capital risque ou d’un fonds d’investissement à impact ou d’un autre type de fonds que vous devez identifier le plus rapidement possible, il faudra envisager l’apprentissage du jargon associé à ce domaine assez tôt. Vous devez aussi chercher à tout savoir sur le fonctionnement de ces fonds : comment se passe la valorisation d’une entreprise, comment ouvrir ouvrir son capital à un fonds de capital-risque, etc.


"Comprendre le jargon du capital investissement et de la levée de fonds est une condition sine qua non pour rester crédible face à de potentiels investisseurs".


N’attendez donc pas de rencontrer les investisseurs pour avoir l’air abasourdi lorsqu’ils vous parleront de « due diligence » ou de « Seed Stage ».

Comprendre le jargon du capital investissement et de la levée de fonds est une condition sine qua non pour rester crédible face à de potentiels investisseurs. A ce propos, nous vous invitons à vous inscrire à notre prochaine masterclass afin d’apprendre les fondamentaux liés aux fonds d’investissement ainsi qu’à leur vocabulaire.



Leçon n°5 : Il est important de travailler sur vos indicateurs de performance

Lorsque OuiCarry faisait sa levée de fonds en 2017, il y avait peu de documentations sur ce sujet en Afrique francophone. De même, les incubateurs et sessions de formations permettant à l'heure actuelle d’avoir les informations clés qu’il faut pour mener à bien sa levée de fonds étaient quasi inexistants. Aujourd’hui, en tant que start-up africaines, vous avez accès à toutes ces ressources.


"Ce sera beaucoup plus facile pour vous d’intéresser les investisseurs avec des taux de croissance attractifs".


Via nos masterclass par exemple, nous vous donnons des tips sur la manière dont il faut travailler vos indicateurs et comment les présenter aux investisseurs. En effet, des indicateurs solides constituent votre principale force face aux investisseurs. Vous devrez donc vous assurer que votre entreprise soit en parfaite santé, avec une bonne croissance avant de procéder à une levée de fonds.

Ce sera beaucoup plus facile pour vous d’intéresser les investisseurs avec des taux de croissance attractifs. “Nous avions une croissance à trois chiffres lors de nos premiers échanges avec les investisseurs”, indique Oumar Yam. L’idée ici, c’est de pouvoir vous retrouver en position de force face aux investisseurs pendant la phase de négociation.


Leçon n°6 : La première levée de fonds est la plus difficile

La première levée de fonds est celle qui prend le plus de temps mais n’abandonnez pas et armez-vous de patience. Vous ferez certainement cette remarque ou l’avez déjà faite si vous êtes dans un processus de levée de fonds.

La première fois, ce n’est jamais simple et cela est tout à fait normal. C’est un nouveau monde que vous découvrez mais c’est aussi beaucoup d’apprentissages. Vous apprenez énormément sur comment votre startup est perçue dans le monde de l’investissement.


"La première levée de fonds est celle qui prend le plus de temps ".


Toutefois, sachez qu’il vous sera plus facile d’obtenir des financements par la suite si votre start-up a déjà bénéficié d’une première levée de fonds. Pour une seconde demande de financement, vous aurez moins de difficultés avec les investisseurs car aurez eu le temps de capitaliser une expérience avec votre première levée de fonds, obtenu une confiance des investisseurs qui vous auront déjà accompagné. Vous serez donc d’être plus rodé.e.s dans le processus.



Leçon n°7 : Demandez l’assistance technique dont vous avez besoin

En vous rapprochant des fonds d’investissement, vous n’obtenez pas qu’un soutien financier. Vous aurez en supplément un accompagnement technique innovant et pertinent en fonction des besoins de votre start-up. Il faut compter en moyenne 6 mois pour obtenir un deal avec les organismes de financement en Afrique francophone.


"Aujourd’hui Teranga Capital a plusieurs entreprises dans son portefeuille, des méthodes, une expérience et une assistance technique avec des membres encore plus expérimentés".


Certains deals peuvent être conclus assez rapidement, d’autres plus lentement : le tout dépend d’un certain nombre de facteurs comme votre stade de développement, l'accès à vos états financiers, le processus de due diligence, les négociations sur l’ouverture du capital, le décaissement par tranches. Profitez de ce temps passé avec le fonds avec qui vous traiterez pour obtenir un accompagnement stratégique qui vous permettra de réaliser votre projet de croissance.

« Nous étions le premier deal de Teranga Capital et on a vraiment pu renforcer l’organisation grâce à l’assistance technique du fonds. Aujourd’hui Teranga Capital a plusieurs entreprises dans son portefeuille, des méthodes, une expérience et une assistance technique avec des membres encore plus expérimentés », expliquent les co-fondateurs de OuiCarry à propos de leur expérience avec Teranga Capital.




Leçon n°8 : Discutez avec des start-ups qui ont déjà levé des fonds

Pour réussir votre demande de financement, vous pouvez être en communication avec des startups qui ont déjà mené des levées de fonds à succès. Ne vous contentez pas de lire des articles sur le sujet ou de faire des recherches sur internet. Sortez, élargissez votre réseau professionnel. Pour ce faire, il vous faudra participer aux rencontres et salons professionnels sur le sujet de la levée de fonds ou contacter les entrepreneurs directement. Lors de nos Masterclass, vous pourrez rencontrer des investisseurs mais aussi des fondateurs d’entreprises africaines qui ont levé des sommes importantes auprès des fonds d’investissement.


"Pour réussir votre demande de financement, vous pouvez être en communication avec des startups qui ont déjà mené des levées de fonds à succès. Ne vous contentez pas de lire des articles sur le sujet ou de faire des recherches sur internet. Sortez, élargissez votre réseau professionnel".


Ces cadres sont idéaux pour vous rapprocher de ces personnes expérimentées en matière de levée de fonds, nouer des relations avec elles, vous entraîner à pitcher devant elles et bénéficier de leurs retours.

Comme l’affirme Oumar Yam, cofondateur de OuiCarry, « Quand on est entrepreneur ou investisseur en Afrique, au-delà de la croissance de nos activités respectives, on cherche également à favoriser la création d’entreprises et l'accès à l’investissement au niveau national. Si les fonds d’investissement trouvent des promoteurs avec de bons profils, on assure leur pérennité et la nôtre ».




Leçon n°9 : Faites vérifier les termes des contrats et des négociations par des experts

Une autre leçon à retenir de la levée de fonds de OuiCarry, c’est qu’il ne faut pas simplement être concentré sur le montant que vous voulez lever. Si les investisseurs sont convaincus par votre startup et veulent y injecter des fonds, c’est très bien. Mais tout n’est pas gagné. Il vous faudra étudier minutieusement les négociations et les termes des contrats qu’ils vous proposent avec des experts en la matière. Pour cela, vous pouvez faire appel à des structures d’accompagnement sur la levée de fonds, à des mentors ou à des entrepreneurs expérimentés qui ont déjà levé des fonds. A un moment du processus de levée de fonds, il sera également nécessaire de faire appel à des avocats et/ou notaires.


"Il vous faudra étudier minutieusement les négociations et les termes des contrats qu’ils vous proposent avec des experts en la matière".


Pour leur éviter certains oublis administratifs, Aujourd’hui, OuiCarry recommande fortement aux entrepreneurs de se faire accompagner dans cette phase de négociation par des structures d’accompagnement expertes ou par des mentors.

Si vous souhaitez obtenir les contacts de ces réseaux d’accompagnement, nous vous invitons à vous inscrire ici.



Leçon n°10 : La levée de fonds n'est pas une obligation

C'est un boulot à temps plein que de lever des fonds pour votre entreprise. Ne vous lancez pas dans cette aventure si vous ne vous sentez pas prêts ou si vous n’avez pas assez de temps à consacrer à votre demande de financement. En plus, il y a plein de success story d'entrepreneurs qui ont réussi sans jamais avoir fait de levée de fonds.

Ouvrir le capital de son entreprise est donc un choix qui devra être mûrement réfléchi mais surtout être en corrélation avec votre vision !



Cette liste de leçons tire à sa fin. Pour rappel, la startup OuiCarry a levé 200 millions de F CFA auprès du fonds d’impact Teranga Capital en 2017. Avant cela, OuiCarry a été lauréate en 2016 du prix Orange FAB décerné par la SONATEL et a été finaliste 2016 du concours Great Entrepreneur organisé par le British Council. Les leçons distillées tout au long de cet article sont du vécu et donc du concret. Nous espérons qu’elles vous seront d’une grande aide pour augmenter vos chances de réussir votre prochaine levée de fonds. Pour aller plus vite, n’hésitez pas à télécharger ici notre guide d’astuces et conseils pour réussir vos recherches de financement en Afrique francophone.



Nos recommandations

Comment financer votre entreprise en fonction de son stade de maturité - Partie 1

Comment financer votre entreprise en fonction de son stade de maturité - Partie 2

Retours sur les temps forts de la masterclass « Réussir sa levée de fonds en Afrique».